L’École supérieure des technologies et des affaires, de Belfort, a présenté le VTE à ses étudiants lors d’un webinaire. Objectif : mieux faire connaître ce contrat gagnant-gagnant pour les talents comme pour les PME / ETI.

 

“Boostez votre carrière - Intégrez une PME-ETI !” c'est le webinaire lancé par l’Ecole supérieure des technologies et des affaires (ESTA) de Belfort, consacré au VTE (Volontariat territorial en Entreprise). Faute de pouvoir organiser un forum pour l’emploi en présentiel, en raison du confinement, cet établissement a lancé ce webinaire le 25 mars dernier. Et le succès a été au rendez-vous. « Nous avons reçu un très grand nombre de demandes de connexion qui était limité à 19 participants, si bien que nous avons dû diffuser par la suite un replay », se réjouit Xavier Greffoz, chargé de mission à l’ESTA.

Quels sont les atouts du VTE pour les étudiants et les entreprises ? Comment s’applique-t-il dans le cadre de l’apprentissage ? Autant de questions, et bien d’autres, auxquelles Silvia Diaz Piquer, chef de projet VTE chez Bpifrance, et Jean-Marc Robinet, responsable Pôle digital Bpifrance Université, ont répondu lors du webinaire. Et l’intérêt, depuis, ne faiblit pas. « Je continue d’échanger avec des étudiants motivés », confie Xavier Greffoz. Il songe d’ores et déjà à renouveler l’opération, dans l’espoir de voir prochainement les premiers étudiants au sein de son établissement signer un VTE avec une entreprise.

Développer ses skills

Après avoir adhéré à la charte VTE l’an dernier, l’ESTA affiche une volonté forte de valoriser le dispositif, aussi bien auprès de ses 300 étudiants qu’en direction de ses entreprises partenaires. Ancrée dans un territoire qui abrite des fleurons industriels tels Peugeot et Alstom, l’école parie sur une double compétence - commerciale et technologique, à travers ses différentes filières. « Le VTE s’inscrit parfaitement dans l’ADN de notre école », explique Xavier Greffoz. « Pour être le 'bras droit' d’un dirigeant dans une PME / ETI industrielle, il faut avoir aussi bien des connaissances techniques que commerciales », précise-t-il.

Un dispositif gagnant-gagnant

D’un côté le VTE offre, aux étudiants à partir de bac+2 ou diplômés depuis moins de deux ans, l'occasion d'occuper un poste en lien direct avec le top management. De l’autre, il permet aux entreprises de recruter plus facilement des talents. Un dispositif gagnant-gagnant, en somme, pour lequel Xavier Greffoz envisage un avenir prometteur. « Il est possible que la situation actuelle amène une nouvelle vision de la place de l’industrie et de ses PME dans l’économie et que le VTE, en permettant de capitaliser sur les savoir-faire, y trouve tout son sens », avance-t-il.