Étudiants et jeunes travailleurs attendent de leurs (futurs) employeurs une plus grande prise en compte de l’urgence climatique et sont eux-mêmes prêts à prendre part au changement.

Un engagement générationnel. Les jeunes talents font valoir leurs convictions écologiques y compris dans la sphère professionnelle. De plus en plus préoccupés par l’urgence climatique, ils attendent que les entreprises se montrent à la hauteur des enjeux environnementaux. C’est ce que révèle la 3e édition du baromètre « Talents : ce qu’ils attendent de leur emploi » réalisée en décembre 2019 par Boston Consulting Group (BCG), la Conférence des grandes écoles (CGE) et Ipsos auprès de 4 112 étudiants et 2 083 jeunes diplômés.

Des attentes fortes vis-à-vis des entreprises

Selon cette étude, près de 3/4 des étudiants et jeunes diplômés estiment que la RSE d’une entreprise est un critère important dans le choix de leur poste ; 30% le jugent même essentiel. Ils iraient jusqu’à refuser un poste dans une entreprise qui n'amorce pas la transition écologique. « Les jeunes talents issus des grandes écoles ne seront pas engagés par une entreprise, ils s’engageront pour une entreprise », déclare Anne-Lucie Wack, présidente de la CGE.

Les entreprises doivent plus que jamais montrer à la nouvelle génération qu’elles agissent par conviction et non par opportunisme. Le Manifeste étudiant pour un réveil écologique a recueilli depuis fin 2018 plus de 32 000 signatures d’étudiants de grandes écoles qui « ne veulent pas travailler au service de projets déconnectés de l’urgence écologique ». Sur son site internet lancé en novembre dernier, le collectif offre des outils pour aider les étudiants à choisir leur futur employeur selon la sincérité de sa démarche environnementale et inciter les entreprises à agir.

En quête de sens au travail et tournée vers l’utilité sociale, 90% des jeunes interrogés par l’étude du BCG se déclarent prêts à s’impliquer dans le plan d’actions sociales et environnementales mis en place par leur employeur.  Ils attendent néanmoins plus d’opportunités de s’engager et de formations sur les sujets RSE.

 

Un VTE “vert” pour accompagner le PME dans leur transition écologique

coq vert

Le plan d’accélération de la transition écologique des TPE et PME, lancé le 5 juin dernier par Ministère de la Transition écologique et solidaire, Bpifrance et l’Ademe, mise sur le VTE.
A travers ce programme, de jeunes talents motivés et impliqués vont pouvoir mobiliser leurs compétences afin d’accompagner les entreprises dans leur transition écologique. L’Ecole des Ponts ParisTech, l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat, l’Université Gustave Eiffel, l’IFP School et d’autres écoles ont déjà fait part de leur intérêt pour mobiliser leurs élèves.