Vous avez trouvé l’offre VTE de vos rêves ! CV et lettre de motivation à l’appui, tout est prêt ! Patience Avez-vous coché la checklist des détails à soigner pour réussir sa candidature ?  Laure Girardot, consultante en contenus RH et marque employeur pour différentes enseignes (Welcome to the jungle, Décathlon, observatoire de la Compétence Métier etc.) vous aide à peaufiner votre candidature.  

Vous avez bien étudié l’opportunité, votre CV est à jour et votre lettre de motivation a été relue 3 fois. Il y a pourtant certains détails qui peuvent vous échapper lors de la préparation d’une candidature et même après l’entretien. Ici, le précis des cases à cocher pour réussir sa démarche auprès des recruteurs du début jusqu’à la fin.  

Avant la candidature : soignez la cohérence de votre profil   

 Un profil LinkedIn complet et harmonieux 

Le profil LinkedIn est aujourd’hui d’une grande importance pour les recruteurs. « Il est capital de veiller à une cohérence entre le poste visé et son propre profil, entre son profil et son cv et au sein même de son profil LinkedIn, entre sa présentation et les missions étayées. », exprime Laure Girardot. Pour n’oublier aucun détail, l’experte ajoute :  

  • « Définissez une direction à votre profil en remplissant la case "présentation". Celle-ci doit reprendre dans les grandes lignes les étapes de votre parcours. »  
  •  « Essayez dans la mesure du possible de mettre une photo professionnelle, de préférence prise par un photographe. »  
  •  « Essayez de faire ressortir une spécialité, une expertise bien identifiée pour donner une personnalité à votre profil. »  
  • « Suivre les DRH sur LinkedIn, liker, partager et rédiger du contenu sont des bonnes pratiques pour augmenter sa visibilité et suivre les tendances du recrutement. »  
  • « Votre profil LinkedIn soigné, surveillez aussi votre présence sur le web en général. Aujourd’hui il est important de maîtriser sa e-réputation. »  

Un CV authentique 

« On est souvent tentés de faire un CV très technique, au-delà de la technicité, il faut savoir mettre en valeur ses soft skills (compétences comportementales et savoir-être) et sa créativité. Aujourd’huion sait qu’une compétence technique dure à peu près 18 mois, un soft skill est beaucoup plus durable. » ajoute Laure Girardot.  

Un CV authentique requiert des expériences bien illustrées. « Dites, par exemple pour quelle entreprise vous avez travaillé, sur quel projet et dans quel contexte. C’est toujours intéressant de lire que vous venez de telle école de commerce, que vous avez fait un stage chez telle PME et que vous avez pu participer à la création du nouveau logo dans le cadre de la refonde du site web. », étaye la consultante en marque employeur.  

Montrez votre enthousiasme

 Aujourd’hui, la grande tendance du recrutement, nous explique Laure Girardot est de chercher la passion et l’intérêt des candidats. « Ce qui est évalué surtout pour une cible jeune et dans des entreprises et des directions à taille humaine c’est le potentiel d’évolution. Choisir un travail qui n’est pas en adéquation avec ses réelles aspirations, c’est courir un risque de rupture de contrat qui s’élève à 40 %. Il est donc essentiel de pouvoir démontrer sa motivation et son envie de rejoindre une équipe et une enseigne. », ajoute-t-elle. 

Pendant la candidature : préparez votre expérience de recrutement   

 Préparer sa présentation lors de l’entretien 

 Il peut paraître évident de se préparer à la question classique de l’entretien « Pouvez-vous, vous présenter en quelques minutes ? ».  Mais faut-il encore avoir les mots justes ! « Nous sommes tentés de répéter à chaque entretien le même pitch savamment mené. Pourtant, cette présentation doit être différente à chaque fois. Il faut par exemple penser à adopter le wording de l’entreprise pour laquelle on postule et à ajuster son ton selon son interlocuteur et la culture de l’entreprise. On ne s’adresse pas de la même manière à une start-up parisienne qu’à une PME familiale, cela suppose de se renseigner sur son potentiel univers professionnel », ajoute laure Girardot.  

Préparez-vous à toutes les questions possibles 

« Il faut être préparé aux questions classiques qu’on peut avoir sur son CV et être en mesure de répondre à toutes les interrogations du recruteur sur ses expériences. Toutefois, il ne faut pas négliger les questions sur sa personnalité au travail qui restent d’actualité (défauts et qualités, capacité à gérer le stress, etc.) », précise la consultante en marque employeur.  

Soyez tourné vers l’entreprise 

Si l’objet apparent d’un entretien est de vous connaître davantage, l’entreprise évaluera toujours votre profil par rapport à ses besoins. «Lors d'un entretien, il faut éviter d'être centré sur soi. Mieux vaut parler de soi en relation avec l'entreprise. Si vous postulez dans une PME territoriale dans le domaine du textile, intéressez-vous au secteur et aux dernières études. Posez des questions sur les équipes et le management. Ne négligez pas la culture de la région et ses actualités. Avoir plus qu’une corde à son arc pour alimenter l’entretien autrement qu’avec son propre parcours fait la différence lors d’un recrutement. » souligne laure Girardot.   

Après candidature ne perdez pas intérêt !   

Demandez la suite du processus 

« Il ne faut pas hésiter à demander les prochaines étapes de recrutement au RH s’il ne les précise pas. C’est rassurant pour vous et pour l’entreprise qui comprendra qu’elle est face à un candidat réellement intéressé. » 

Maintenez le contact après l’entretien 

Très souvent la fin de l’entretien rime avec fin de la candidature, selon Laure Girardot ce n’est pas le cas ! Après un entretien il ne faut pas hésiter à envoyer un mail de remerciement et à demander un feedback pour évaluer sa performance. « Quand aucune réponse n’est fournie au-delà des délais fixés il ne faut pas hésiter à relancer pour obtenir des nouvelles et même des conseils si la réponse est négative afin de perfectionner ses prochaines candidatures », ajoute Laure Girardot.  

Découvrez dès à présent toutes les offres de poste en VTE.