Kedge Business School mise sur l’apprentissage pour dynamiser les régions. L’école a augmenté son nombre de places en alternance et incite les PME et TPE à recruter pour se relancer. Chaque embauche est labellisée VTE, preuve d’une France jeune et active.

Kedge Business School, tout comme le Volontariat Territorial en Entreprise (VTE), couvre l’ensemble des territoires. L’école, qui compte des établissements à Bordeaux, Marseille, Toulon et Paris, souhaite favoriser l’apprentissage au sein des PME et TPE. « Nous augmentons nos places en alternance et passons de 1 570 à 2 000 contrats », précise Christophe Mouysset, directeur des relations entreprises.

Faire face à la crise en embauchant des apprentis

« L’apprentissage est un investissement sur les années à venir », affirme le directeur en charge des relations avec les entreprises. Alors que le nombre d’emplois a chuté pendant la période de confinement, l’apprentissage apparaît comme une solution viable pour permettre aux entreprises de rebondir en recrutant à moindre coût.

L’Etat a annoncé le 4 juin dernier, un plan massif pour soutenir l’apprentissage. Une aide financière sera apportée aux entreprises qui embauchent un étudiant titulaire d’un CAP ou d’une licence professionnelle allant jusqu'à Bac +3. Cette prime sera de 5 000 euros pour l’embauche d’alternants de moins de 18 ans ou de 8 000 euros pour les alternants majeurs. Elle sera versée sans condition dans les entreprises de moins de 250 salariés. En revanche, pour les plus grandes entreprises, elles devront justifier d’un taux de 5% d’alternants dans leurs effectifs d’ici 2021. Le dispositif sera disponible entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

Grâce à cette mesure, recruter un alternant de 20 ans ou moins ne coûtera rien à l'entreprise. Entre 21 et 25 ans, le coût sera de 175 euros par mois. « Ces ressources permettent de recruter des jeunes talents qui vont pouvoir apporter aux entreprises un nouveau regard et les aider à se réinventer et appréhender la suite et la reprise qui va venir », précise Christophe Mouysset.

Diffuser l’alternance sur l’ensemble du territoire

Chaque recrutement est labellisée VTE. Le dispositif initié par le Ministère de l’Economie et des Finances en novembre 2018 symbolise une France dynamique et jeune sur l’ensemble du territoire. « Le VTE est en adéquation avec les valeurs de notre école ».

Kedge Business School a mis en place une campagne de communication pour diffuser les informations nécessaires aux entreprises. « On les informe par l’intermédiaire des Medef locaux, ainsi que les CCI ». L’école mise aussi sur son réseau Alumni où beaucoup d’anciens étudiants sont aujourd’hui à la tête de PME et TPE. Pour faciliter les démarches administratives et obtenir des informations supplémentaires, l’établissement met à disposition des employeurs un numéro et une adresse mail.

L’école de commerce cherche également à connecter des entreprises avec leurs futurs alternants. « On organise des job dating. Lors du premier, il y avait 112 entreprises présentes pour 1 000 étudiants et 700 offres », se réjouit Christophe Mouysset. Un deuxième aura lieu à la mi-juillet. Entre 25 et 30% des étudiants de Kedge sont recrutés dans des PME-TPE.

Christophe Mouysset, directeur des relation entreprise chez Kedge Business School et Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance vous donne rendez vous le 7 juillet pour vous présenter le VTE. Inscrivez-vous