Cette nouvelle période de confinement impacte durement les étudiants. Beaucoup peinent à surmonter les difficultés financières et psychologiques provoquées par un isolement qui devrait durer. Pour les aider à traverser cette période, voici un récapitulatif des nombreux dispositifs mis en place pour les soutenir.

Le confinement impacte tout le monde et les étudiants ne sont pas en reste. Pour beaucoup d’entre eux, cette nouvelle période d’isolement s’accompagne d’un lot de difficultés auquel ils ont déjà dû faire face lors du premier confinement. Afin de les soutenir face à cette situation, des solutions sont mises en place par plusieurs associations et par l’Etat.

Une aide financière essentielle dans une année perturbée

Pour les étudiants boursiers dont le stage obligatoire pour l'année 2019/20 a été repoussé au-delà du 31 août 2020, il est possible de bénéficier d’une prolongation de bourse, nommée aide RESO. Les démarches sont à retrouver sur messervices.etudiant.gouv.fr.

Le CROUS étudie également les demandes d'aide ponctuelles des étudiants en difficulté financière. « Cette aide fait partie du dispositif des « aides spécifiques ». La demande peut être effectuée par les étudiants boursiers comme non boursiers et par les étudiants de nationalité française comme les étudiants internationaux. Elle est accordée sur la base d'une enquête sociale. » précise le site etudiant.gouv.fr.

Au début du mois de décembre, le CROUS versera aux étudiants boursiers et aux bénéficiaires d’APL une aide de 150€ à la suite de l’annonce d’aide de solidarité du gouvernement.

CROUS, Restos du Cœur, Secours Populaire : les aides alimentaires au soutien des étudiants

Ile-de-France, Normandie, Auvergne-Rhône-Alpes : dans de nombreuses régions, le Secours Populaire voit le nombre d’étudiants affluer dans ses locaux depuis le début du confinement. Certaines antennes se voient obligées de lancer un appel aux dons pour répondre à la demande. Les bénévoles de l’association restent néanmoins mobilisés coûte que coûte pour continuer à fournir les étudiants en repas.

Même chose pour le CROUS. Sur les 800 sites nationaux que compte le groupe, 373 restent ouverts pendant cette période. Pour s’adapter au contexte sanitaire, les services du CROUS ont mis en place la vente à emporter. Un service de « click and collect » qui rencontre déjà le succès pour permettre aux étudiants de bénéficier de repas à bas prix : 1 € pour les boursiers, 3,30€ pour les non-boursiers.

Les Restos du Cœur, eux, permettent aux étudiants de composer leur propre colis alimentaire. A Paris, le service est accessible aux étudiants et nécessite de résider dans la ville, de répondre aux critères de plafond de ressources des Restos du Cœur de Paris et une inscription sur place. Dans chaque ville, l’association organise son soutien aux étudiants de manière différente : à La Rochelle, tous les samedis sont réservés à la distribution de nourriture aux étudiants. Si besoin, il est donc conseillé à ces derniers de se rapprocher de leur antenne locale.

Les étudiants atteints moralement par le confinement peuvent bénéficier d’un soutien psychologique

C’est peut-être l’impact « invisible » du confinement. Pourtant, que ça soit à cause de difficultés financières, de l’isolement, ou de tout autre motif, la crise sanitaire peut toucher psychologiquement les étudiants.

Des solutions existent pour leur permettre de faire face à cela. Les BAPU (Bureau d’Aide Psychologique Universitaire), restent ouvert même pendant le confinement. Ces centres de consultation sont à disposition de tous les étudiants qui souhaitent bénéficier d’une aide psychologique. Les équipes des BAPU sont notamment composées de psychothérapeutes et d’assistants sociaux. Les consultations sont prises en charge à 100% par la Sécurité Sociale et les mutuelles. Il existe des BAPU dans plusieurs grandes villes de France.

De nombreux services d’écoute pour étudiants sont disponibles sur etudiant.gouv.fr.