REGARDS CROISÉS. Pour séduire des profils pointus, le concepteur rennais de solutions d’identité numérique ARIADNEXT, mise sur le Volontariat Territorial en Entreprise (VTE). Un dispositif gagnant-gagnant, selon Guillaume Despagne, président de la PME et Etienne Lecaudey, jeune alternant spécialisé dans la sécurité digitale.


Recruter des candidats aux compétences numériques à la pointe, très recherchés sur le marché, n’est pas toujours aisé pour une PME. C’est pourquoi ARIADNEXT, leader européen de l’identification à distance, fondé en 2010, mise sur le Volontariat Territorial en Entreprise pour renforcer ses équipes, accompagner sa forte croissance et accroître sa notoriété au sein du bassin d’emploi local.

Pour quelles raisons avez-vous adhéré au dispositif VTE ?

Guillaume Despagne : Pour une PME dans un secteur comme le nôtre, il est parfois difficile de recruter des talents. D’une part, le marché de l’emploi dans l’informatique est très tendu. D’autre part, les jeunes connaissent moins bien les TPE-PME des territoires. En France, ils sont souvent encouragés à postuler dans une grande entreprise ou en start-up. Or, c’est le tissu des PME qui crée de l’emploi ! En septembre, nous avons donc signé la charte VTE car ce dispositif aide à rassurer les jeunes candidats et nous donne plus de visibilité dans le bassin d’emploi local. Les contrats de deux de nos jeunes alternants ont ainsi été labellisés VTE.

Étienne Lecaudey : En intégrant ARIADNEXT, il y a deux ans, j’avais choisi de m’orienter vers une PME plutôt que vers une grande entreprise pour bénéficier d’un meilleur encadrement et pouvoir travailler en collaboration avec l’équipe dirigeante. S’il y avait eu le label VTE à l’époque cela m’aurait sans doute encore plus conforté dans mon choix…

Quelles missions ce VTE comprend-il ?

G. D. : Notre solution de vérification d’identité est une solution Saas (ndlr : software as a service ou logiciel en tant que service) qui traite environ 35 millions de documents par an. Il s’agit de flux de production très importants. Étienne fait partie de l’équipe qui gère ces flux.
É. L. : En tant qu’administrateur système et réseau, je m’occupe de la mise en production, c’est-à-dire de l’installation d’applications et de leur mise à jour, de même que de la supervision, du maintien, du fonctionnement et de l’amélioration de la plateforme dans sa globalité.

Quel degré d’autonomie implique ce poste ?

É. L. : Parfois, pour des tâches très avancées, j’ai besoin d’avis et de conseil, mais la plupart du temps, je suis parfaitement autonome. Chez ARIADNEXT,en plus des compétences techniques très à la pointe j’ai appris le sens des responsabilités, et à garder mon sang-froid en toute circonstance.

G. D. : Au sein d’ARIADNEXT, tout le monde a le droit de prendre des initiatives, alternants comme ingénieurs seniors. Notre credo est la confiance à tous les niveaux. Il est vrai que ce type de mission, comme celle d’Étienne, est un challenge car, s’il se trompe, il y a un impact direct sur nos clients. Mais c’est un défi qu’il relève sans difficulté !

Ce VTE se transformera bientôt en CDI…

É. L. : Après mes études de sécurité digitale à l’École informatique ENI, qui se terminent en décembre, je continuerai en effet avec ARIADNEXT. C’est une entreprise qui évolue rapidement, où on touche à tout, et qui me permettra de continuer à monter en compétence.
G. D. : Étienne est en contrat de professionnalisation et après l’obtention de son diplôme, il signera un CDI avec nous. À l’avenir, nous embaucherons sans doute de nouveaux VTE pour soutenir notre croissance de 41 % par an. Je suis persuadé que ce dispositif nous aidera à recruter d’autres candidats et à nous faire connaître auprès des jeunes qui, comme Étienne, souhaitent vivre une expérience enrichissante dans une PME.

 

 

ARIADNEXT, c'est :

  • + de 80 collaborateurs
  • 6 bureaux à travers l'Europe
  • 18 millions de documents vérifiés à distance par an
  • 15 millions de documents signés par an