REGARDS CROISÉS. Spécialisée dans la production photovoltaïque en Outre-mer, Albioma mise sur le VTE pour accélérer son développement. Didier Do Van Kia, responsable des ressources humaines du secteur Océan Indien pour le solaire du groupe, et Loïc Sautron, chef de projet de construction chez Albioma Solaire Mayotte, font le point sur l’apport du dispositif et les responsabilités qu’implique cette mission.

Attirer les talents dans les territoires d’Outre-mer. C’est le défi que souhaite relever le producteur d’énergie renouvelable indépendant Albioma avec le VTE. Pour accompagner son développement à Mayotte, le groupe a fait le choix de la jeunesse, en confiant à un jeune diplômé, Loïc Sautron, un poste à forte responsabilité en VTE. Avec Didier Do Van Kia, il se confie sur cette expérience.

Ce VTE est une première pour tous les deux. Qu’est-ce qui vous a motivé à y adhérer ?

Didier Do Van Kia : Notre société se développe de manière très rapide. Nous avons vu dans le label VTE une manière de nous donner de la visibilité auprès des talents dont nous avons besoin dans ce secteur en plein essor. Et pour les jeunes, compte tenu de la structure de notre entreprise, c’est une opportunité d’avoir dès le départ des responsabilités importantes.

Loïc Sautron : Je suis ingénieur énergéticien, originaire de la Réunion, où j’ai obtenu un DUT en génie civil et construction durable avant de terminer mes études à l’école Sup’EnR, en juillet 2019. Au retour de la métropole, j'ai cherché une entreprise dans le domaine du solaire. J’ai été séduit par la proposition d'Albioma d’intégrer son agence de Mayotte. C’est un territoire dynamique qui offre des opportunités intéressantes aux jeunes qualifiés notamment.

Quel degré de responsabilité cette mission implique-t-elle ?

Didier Do Van Kia : Loïc est en charge de la conduite de plusieurs projets de construction de centrales photovoltaïques pour lesquels nous mobilisons des sous-traitants. Une partie de son travail consiste donc à les piloter. Il exerce cette mission en lien étroit avec le responsable de notre agence de Mayotte qui compte une dizaine de collaborateurs. Ils se rendent ensemble sur le terrain pour superviser le déroulement de la construction.

Loïc Sautron : Pour aller plus loin, je dirais qu’au quotidien, ma mission consiste à faire en sorte que la construction de nos centrales photovoltaïques se déroule bien, tant au niveau financier, que de la gestion du temps, ou encore du suivi des travaux. L'avantage dans cette structure, c’est qu’on nous fait confiance. Je suis accompagné, tout en ayant une autonomie assez importante ainsi que la possibilité de m'impliquer et d'apporter un véritable plus.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Didier Do Van Kia : Le VTE est un dispositif qui représente un réel intérêt pour le développement de notre entreprise, dans un secteur d'avenir puisque les énergies renouvelables sont au cœur de la relance. Nous songeons d’ailleurs au VTE pour quelques prochaines embauches, en fonction des profils que nous allons rencontrer.

Loïc Sautron : De mon côté, je souhaite résolument poursuivre mon parcours en PME. Cette taille d’entreprise me convient parfaitement. Et le contexte économique et social à Mayotte me permet de progresser. C’est un territoire en développement, où l’on peut rencontrer des aléas, comme par exemple celui, parfois, de manque de matériel. Cela m’a permis de développer mon adaptabilité. Pour résumer, mon VTE au sein d’Albioma Solaire Mayotte est une expérience professionnelle particulièrement formatrice. Elle me permet aussi de profiter de ce territoire sur le plan personnel car c'est un terrain parfait... pour faire du sport !